Sainte Faustine

La spiritualité de sainte Faustine (1905-1938) a pour fondement le plus beau mystère de notre foi : l’amour miséricordieux de Dieu pour chaque homme. Son enseignement est considéré comme particulièrement important pour le troisième millénaire ; il est connu dans le Monde entier grâce à son Petit Journal.

Hélène Kowalska – sainte Faustine – naît en Pologne le 25 août 1905, dans le village de Glogowiec, non loin de Lodz. Troisième enfant d’une famille nombreuse et pauvre, elle doit quitter l’école au bout de trois ans pour travailler et ainsi aider sa famille. A 20 ans, elle entre dans la congrégation des Sœurs de Notre-Dame de la Miséricorde et prend le nom de Sœur Marie-Faustine du Très Saint Sacrement. Elle passe treize ans au couvent comme cuisinière, jardinière et sœur portière dans plusieurs maisons de la Congrégation (Varsovie, Plock, Vilnius et Cracovie).

Ste FaustineUne spiritualité d’une extrême richesse

Sa vie, apparemment très simple, cache une communion profonde avec Dieu, pour l’amour de qui elle veut devenir sainte depuis l’enfance. Elle partage avec Lui ses joies et ses peines. Surtout, elle unit ses souffrances à la Passion du Christ pour la conversion des pécheurs. Sa vie de religieuse, imprégnée de souffrances physiques et morales (dur labeur, maladie, moqueries, critiques…), fut aussi marquée par des grâces mystiques extraordinaires.

Le Seigneur Jésus a confié à sainte Faustine une grande mission : rappeler au monde son Amour Miséricordieux : « Ma fille, dis que Je suis l’Amour et la Miséricorde en personne » (Petit Journal 374). « L’humanité n’aura de paix que lorsqu’elle s’adressera avec confiance à la Divine Miséricorde » (Petit Journal 300). Par l’intermédiaire de sainte Faustine, le Seigneur veut rappeler au monde qu’Il est infiniment miséricordieux et qu’Il pardonne tout péché, dans la mesure où l’on implore son pardon.

 

 

La mission de Sœur Faustine

  • Annoncer au monde entier ce que dit l’Ecriture Sainte sur la miséricorde de Dieu ;
  • Implorer la miséricorde divine par les moyens demandés par le Seigneur : vénérer le tableau de Jésus Miséricordieux ;
  • Célébrer le Dimanche de la Miséricorde Divine précédé de la neuvaine à la Miséricorde divine qui commence le Vendredi Saint ;
  • Réciter le chapelet à la Miséricorde Divine ;
  • Honorer l’Heure de la Miséricorde Divine (15h) en pensant à la Passion du Seigneur.

 

A la demande de son directeur spirituel, le bienheureux Père Michel Sopocko, sainte Faustine a écrit le Petit Journal. Dans cet ouvrage, elle décrit ses expériences mystiques et précise les demandes faites par le Seigneur.

Le corps ravagé par la tuberculose et les souffrances, sœur Faustine meurt en odeur de sainteté le 5 octobre 1938 à Cracovie, âgée de 33 ans. Le 18 avril 1993, premier dimanche après Pâques, le Pape Jean-Paul II la proclame bienheureuse. Sept ans plus tard, le 30 avril 2000, à nouveau le premier dimanche après Pâques, il la canonise et institue la Fête de la Miséricorde Divine.

Aujourd’hui, la châsse de sainte Faustine repose au Sanctuaire de la Miséricorde Divine à Cracovie-Lagiewniki. Dans la chapelle se trouve également l’icône de Jésus miséricordieux. Saint Jean-Paul II y est venu deux fois (en 1997 et 2002), Benoît XVI une fois, en 2006.

Pour en savoir plus

http://www.pourlamisericordedivine.org/

 
rejoindre_un_groupe
le_programme_des_jmj