Être une âme libérée…

Anuncio

Lors de la confession, le prêtre te remet la main dans celle de Dieu !

Le sacrement de réconciliation est la manifestation de l’amour de Dieu envers le pécheur. Un des chemins pour découvrir la miséricorde de Dieu est de désirer de plus en plus accueillir son pardon et de lui faire une place dans sa vie… C’est bien beau tout ça, mais en général la confession n’est pas notre sacrement préféré ; on n’aime pas y aller, mais il faut bien avouer qu’on se sent beaucoup mieux après. Voici donc quelques pistes pour approfondir le sens de ce sacrement, pour t’y préparer et pour y aller en traînant un peu moins des pieds.

Pourquoi demander le sacrement de réconciliation ?

Quand le dimanche, tu récites parfois mécaniquement le Credo pendant la messe, tu n’as peut-être pas conscience que tu reconnais vraiment un seul baptême pour le pardon des péchés. Pourtant, c’est le premier pas vers la réconciliation et la miséricorde. Effectivement cela ne suffit pas, car tout au long de notre existence nous continuons à faire des péchés et le sacrement de pénitence est alors essentiel. Tu peux considérer la confession dans le prolongement et comme une réactualisation du don de pardon et de vie éternelle que tu as reçu le jour de ton baptême, et cela tout au long de ta vie de chrétien. Vivre le sacrement de réconciliation, c’est donc renouveler en toi les liens d’amour que tu as tissés avec Dieu et l’Église.

Se préparer personnellement à recevoir ce sacrement

Pour toucher du doigt la racine de ton péché, il te faut examiner ta relation à Dieu, ta relation à l’autre et celle que tu as avec toi-même en essayant de retrouver des faits précis.

Où en suis-je de ma foi, de ma confiance en Dieu ? Ai-je pris du temps pour me nourrir de sa Parole et le rencontrer dans la prière ? Ai-je cherché à connaître sa volonté avant de prendre une décision ?

Quelle place tient l’autre dans mon existence ? De quelle manière suis-je ouvert à ses besoins ou d’abord préoccupé de moi-même et de mes sécurités ? Ai-je été droit et vrai dans ma façon de penser et d’agir avec les autres ?

Et moi, est-ce que je me respecte ? Mon corps, mes besoins, mon esprit… Suis-je libre ou ai-je des désirs qui m’enchaînent ?

Proposition d’étapes pour la réconciliation

Si ça fait longtemps que tu n’as pas rencontré un prêtre en tête à tête, pas de panique ! Voici les étapes « types » qui marquent ce sacrement et qui pourront peut-être te guider :

– une rencontre avec le prêtre ; je me présente et lui demande : « Bénissez-moi mon père car j’ai péché ».

– un merci pour l’amour que Dieu t’a donné,

– Je lui dis à peu près depuis quand je ne me suis pas confessé,

– Je dis tous mes péchés avec confiance et en vérité (omettre volontairement un péché c’est tricher, par contre ta mémoire n’est pas infaillible et Dieu ne te tiendra pas rigueur d’un petit oubli).

– J’écoute ce que le prêtre a à me dire et je peux lui parler.

– Si le prêtre me le demande, je récite mon acte de contrition :

« Mon Dieu, j’ai le très grand regret de T’avoir offensé parce que Tu es infiniment bon, infiniment aimable et que le péché Te déplaît. Je prends la ferme résolution, avec le secours de Ta Sainte Grâce, de ne plus T’offenser et de faire pénitence. »

– Le prêtre me donne l’absolution, je fais le signe de croix en répondant  » Amen « .

– Le prêtre me donne une pénitence (le plus souvent une prière ou un texte à méditer).

Et si après ça il te reste quelques réticences, regarde cette vidéo et tu changeras certainement d’avis !

Diane et Eysa

Diane B. et Eysa F. participeront en juillet aux JMJ de Cracovie. Pour s’y préparer, elles te proposent une série d’articles sur les thèmes importants des JMJ, qu’elles ont rédigés en transcrivant avec leur regard et leur expérience d’étudiantes de 19 ans les fiches de la commission nationale Pédagogie .

 
rejoindre_un_groupe
le_programme_des_jmj